1. Nom de l’initiative :

SEC, séminaire d’exploration des controverses

3. et 4. Présentation du projet : domaine et objet

Les « séminaires d’exploration des controverses » (SEC) ont été créés en 2003 par Jean-Claude Grégoire et Isabelle Stengers (professeur d’écologie et de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles, ULB) pour les étudiants de la faculté dans le cadre du projet de recherche PAI « les loyautés du savoir » financé par la Politique Scientifique Fédérale.

En 2007, L’association Les Petits Débrouillards et plusieurs laboratoires universitaires (CAREN, CREAD) ont proposé de transposer ce dispositif en Bretagne en l’adaptant à un public plus large dans le cadre du programme ASOSC financé par la Région Bretagne.

Cette initiative part d’un double constat paradoxal :

  • d’un côté, un discrédit et une remise en cause de l’expertise scientifique
  • de l’autre, une forte demande et mobilisation de savoirs experts.

Cette situation est caractérisée par une multiplication de sujets litigieux d’importance collective impliquant les sciences et les techniques.
Face au développement de ces controverses, des initiatives innovantes sont déjà menées par des chercheurs ou des associations : universités de tous les savoirs, boutiques et bars des sciences, conférences de citoyens, conférences de consensus…

Dans l’adaptation proposée ici, les SEC se veulent un intermédiaire entre :

  • les « cafés des sciences », trop brefs pour permettre à leurs participants de visiter une position de recherche active,
  • les « conférences citoyennes », dont l’organisation est lourde.

Les SEC cherchent ainsi à prendre appui sur ces controverses pour sortir des débats passionnels, simplistes et caricaturaux et pour permettre une réelle appropriation sociale des questions scientifiques.
Il s’agit de tisser des liens plus étroits entre sciences, société et démocratie pour favoriser l’émergence d’un tiers secteur scientifique participant à une science citoyenne, dans le double sens d’un engagement scientifique pour les citoyens et citoyen pour les scientifiques.

2. Partenaires

Ce projet est porté par l’association les Petits Débrouillards de Bretagne (APDB) en lien avec trois partenaires scientifiques :

  • le CREAD (Centre de Recherche sur l’Education, les Apprentissages et la Didactique), de l’université de Rennes 2 – IUFM de Bretagne.
  • le CAREN (Centre Armoricain de Recherche en Environnement), de l’Université de Rennes 1-CNRS.
  • Le PaHST (Centre de Recherche sur l’Histoire des Sciences et des Techniques), de l’UBO.

5. Programmes

Ce projet s’inscrit dans le programme ASOSC de la Région Bretagne.

6. Pluralité d’acteurs 

Ce projet est l’initiative d’un acteur associatif (APDB) et d’acteurs scientifiques (CREAD, CAREN, PaHST).

Il cherche à garder un lien fort avec ses inventeurs belges. Cette volonté se traduit par :

  • le maintien du nom originel de « séminaires d’exploration des controverses » – marquant sa filiation
  • une mission exploratoire menée en avril 2007 en Belgique visant à s’informer sur les méthodes participatives utilisées par les acteurs belges pour s’en inspirer
  • la participation aux premières réunions publiques de Jean Claude Grégoire (responsable de la mise en place des SEC à l’ULB et qui contribue activement à leur transférabilité) et Sébastien Denys (qui a animé et encadré les SEC à l’UBL durant 3 ans)

Les séminaires en eux-mêmes s’appuient sur la participation de citoyens volontaires. Durant la première phase expérimentale, ce panel s’est restreint aux adhérents de l’APDB. Il a ensuite cherché à s’ouvrir à un public le plus hétérogène possible, tant du point de vue générationnel que social : étudiants, lycéens, enseignants, chercheurs, militants associatifs, élus locaux, agents de collectivités territoriales et tout citoyen.
Réunis en groupes de travail restreints pour mener une enquête scientifique, ils sont accompagnés par les acteurs, chercheurs et techniciens des structures à l’initiative du projet et d’autres centres de recherches (l’IUEM : Institut Européen de la Mer, l’Ifremer : Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

7. Ingénierie et Recherche-Développement 

Les SEC ont pour objectif de permettre à un groupe composé de 4 à 5 citoyens adultes de se saisir d’une question sociale à caractère scientifique, de la travailler avec rigueur, d’en débattre et de publier les conclusions de son enquête afin de contribuer au débat social.
Ce groupe se réunit 15 à 20 d’heures pour un temps de travail collectif et démocratique sur une question scientifique donnant matière à discussion ou polémique (OGM, pesticides…), animé par un médiateur scientifique.

Le travail d’enquête effectué par le groupe s’appuie sur de la documentation trouvée sur Internet (articles scientifiques, de presse ou des blogs) et le recours à des personnes ressources, chercheurs et techniciens (du CAREN, du CREAD, du PaHST, de l’IUEM et de l’Ifremer). Une fiche sur la question étudiée est réalisée, soit par le groupe lui-même soit par les scientifiques impliqués dans le projet. L’enquête de chaque groupe fait ensuite l’objet d’une présentation et d’un débat public au cours d’un séminaire puis d’un forum de discussion sur « le portail des explorateurs ».
Au-delà du débat scientifique, chaque groupe auto-évalue régulièrement son mode de travail et ses difficultés, consignées sur un webblog.

Le projet a débuté en 2006 avec la rencontre de Sébastien Denys qui a permis par la suite de définir le projet.
Il s’est ensuite déroulé en trois phases :

Janvier 2007-septembre 2008

En mars et en avril 2007 se sont déroulées deux réunions publiques, l’une à Rennes et l’autre à Brest, visant à présenter le projet et à mobiliser les premiers participants brestois issus des adhérents de l’APDB (8 volontaires).
Une mission exploratoire a ensuite été menée fin avril auprès des acteurs belges à Bruxelles pour s’informer sur leurs méthodes participatives et s’en inspirer.

Les porteurs du projet ont ensuite travaillé à définir les thèmes des premières SEC, les méthodes de travail et les outils nécessaires
De mai à juin, deux SEC ont été expérimentés, composés des 8 volontaires adhérents de l’APDB recrutés à Brest : l’un a exploré la question de l’inné et de l’acquis, l’autre la question de l’immigration au travers de 5 rencontres.

A partir de ces deux expérimentations, le programme a été redéfini et de nouveaux participants ont été mobilisés à partir de février 2008 : un nouveau SEC composé de 6 adhérents de l’APDB s’est constitué autour de la question de la compensation carbone. Le groupe s’est réuni 11 fois de mars à août et les rencontres furent animées par un membre de l’APDB (accompagné par un chercheur du PaHST). Un chercheur de l’Ifremer est également intervenu pour aider les participants à avoir une vue globale sur le sujet. Au-delà de l’exploration de la controverse, ce troisième SEC a permis de collecter des données (réalisation systémique d’un compte-rendu, séances filmées) pour analyser le processus didactique en jeu (apprentissages, animation, méthodologie, évaluation, diffusion).

En septembre, les travaux menés par ce troisième SEC ont fait l’objet d’une présentation publique au café de la plage à Brest, où 25 personnes étaient présentes.

Septembre 2008-décembre 2009

De nouveaux SEC ont été expérimentés de novembre 2008 à février 2009 puis de mars à juillet 2009 sur les thèmes de la fin du pétrole, Darwin et le créationnisme, les OGM (avec une clase de BTS). Tout comme pour la phase 1, ils ont été précédés par une réunion publique d’information et de recrutement (octobre 2008 et avril 2009). Les travaux de ces SEC ont fait l’objet d’une présentation publique et ont donné lieu à l’ouverture de forums de discussion sur le « portail des explorateurs ».

Lors de l’expérimentation de ces SEC, des données ont été collectées pour mener des études ultérieures et définir une méthodologie d’animation.

A la fin de cette deuxième phase, deux études ont été menées :
– Une analyse didactique et méthodologique visant à évaluer les expérimentations menées et à établir un « scénario d’expérimentation ».
–  Une analyse sur le rôle de l’animateur dans les SEC dans le cadre d’un mémoire DEFA (Diplôme d’Etat relatif aux Fonctions d’Animation) visant à proposer un outil pertinent et transposable que l’ensemble des acteurs institutionnels et associatifs pourront s’approprier.

Ces deux études ont été menées de manière conjointe et collaborative par Anouck Hubert (animatrice des SEC en formation DEFA), Sylvain Laubé (du PaHST) et Gérard Sensevy (du CREAD) ainsi que les participants des SEC.

Janvier 2010- juin 2011

Cette troisième phase, actuellement en cours, a pour objectif de :

  • renforcer les activités de recherche et d’analyse sur les expérimentations menées tout en continuant à collecter des données qui pourront servir de corpus pour une thèse analysant et évaluant cet outil en termes d’appropriation sociale des sciences
  • diversifier la composition des SEC en les élargissant vers d’autres publics que les adhérents de l’APDB
  • concevoir et diffuser une méthodologie adaptable à tous les publics et en proposer éventuellement une transposition au jeune public
  • expérimenter cette méthodologie au sein de différents réseaux d’acteurs (Les Petits Débrouillards au niveau national, éducateurs à l’environnement au travers du REEB –Réseau d’éducation à l’environnement en Bretagne)
  • accompagner l’appropriation de cette méthodologie par des acteurs institutionnels et associatifs via des formations qui pourront être assurées par des animateurs de SEC


8. Hybridation des savoirs

Les SEC permettent un dialogue actif, critique et raisonné entre citoyens et scientifiques. Ils hybrident savoirs experts et savoirs profanes pour développer des savoirs scientifiques citoyens et hétérogènes.
Ils permettent également aux participants des SEC de développer de multiples compétences : mener une recherche documentaire, s’approprier des études scientifiques, utiliser des outils de cartographie tels les cartes heuristiques, produire et publier des conclusions, vulgariser la complexité de la controverse étudiée…

De par l’ancrage hétérogène de ses initiateurs, ce projet se veut également pluridisciplinaire en mobilisant :

  • les sciences humaines via le CREAD
  • les sciences de la matière et du vivant via le CAREN
  • l’histoire des sciences et des techniques via le PaHST
  • le tiers secteur émergent via l’association Les Petits Débrouillards.

Les SEC sont en effet intrinsèquement pluridisciplinaires : la question des OGM, par exemple, nécessite de connaître la technique, les enjeux sociaux, économiques, de santé publique…

Les deux études menées sur les SEC lors de la phase 2 hybrident également les savoirs puisqu’elles associent une animatrice membre de l’APDB, des chercheurs du PaHST et du CREAD ainsi que les participants aux SEC. L’APDB fournit la matière de l’étude et le PaHST fournit du conseil scientifique en termes de méthodologie et d’analyse.
Les expérimentations et études menées serviront tant à l’APDB, en permettant d’accroître ses capacités de recherche et d’expertise, qu’aux laboratoires de recherche impliqués, en permettant de développer les dimensions sociétales et culturelles de leurs projets de recherche

Le projet actuellement en cours a également pour objectif d’associer plus étroitement la sphère politique (notamment dans la définition des thèmes explorés par les SEC et la restitution de leurs travaux et des études menées) pour favoriser les relations entre la communauté scientifique, les représentants des pouvoirs publics et les citoyens.

9. Caractère expérimental 

Ce projet a connu plusieurs phases expérimentales :

– l’une en 2007 et 2008, où trois SEC ont été expérimentés.
– l’une en 2008 et 2009 où de nouveaux SEC ont été expérimentés et où des analyses et études ont été menées.

La phase actuellement en cours (2010-2011) continue d’expérimenter de nouveaux SEC en les ouvrant à de nouveaux publics, poursuit les activités d’analyse et vise également à diffuser une méthodologie.

10. Caractère innovant 

Les SEC sont des espaces démocratiques innovants permettant une véritable appropriation sociale des sciences et une éducation tout au long de la vie pour une citoyenneté active et raisonnée
De nombreuses initiatives existent déjà en la matière. Le dispositif des SEC se veut un intermédiaire entre les « cafés des sciences », trop brefs pour permettre une véritable appropriation sociale des sciences, et les « conférences citoyennes », trop lourdes à organiser.

Valorisation :

Les travaux réalisés par les SEC sont valorisés auprès d’un large public via :

  • les weblogs de chaque SEC permettant de diffuser l’avancée des travaux et le mode de travail. Ces weblogs permettent ainsi au public de suivre en direct le travail d’exploration du SEC et d’y participer sous forme de commentaires
  • le séminaire de présentation publique organisé à l’issue de chaque SEC permettant d’ouvrir un débat
  • les forums de discussions publiques sur « le portail des explorateurs » permettant de poursuivre le débat
  • des événements tels que la fête de la science ou les journées associatives

La recherche-action réalisée lors de la deuxième phase visant à évaluer les SEC et à établir un « scénario» a vocation à être valorisée dans des colloques et des revues scientifiques

Le mémoire DEFA (Diplôme d’Etat relatif aux Fonctions d’Animation) sera quant à lui soutenu auprès de la délégation régionale de la jeunesse et des sports.

Enfin, l’ensemble des productions des SEC et des études menées seront retransmises aux représentants des politiques publiques sous la forme d’une réunion ou d’un écrit et feront l’objet d’une présentation publique sous forme de colloque avec les représentants de la région Bretagne.

Diffusion :

L’objectif poursuivi depuis la deuxième phase est de concevoir et diffuser une méthodologie adaptable à tous  les publics que l’ensemble des acteurs institutionnels et associatifs pourront s’approprier. Dans cette perspective, ce projet a pour objectif de développer des formations favorisant l’appropriation et la diffusion de cette méthodologie.

Sources : 

– Réponse à l’appel à projet ASSOCS, 2006.
– Communiqué de presse du 5 mars 2007.
– Lettre du REEB n°53, novembre 2008.
– Rapport « Le séminaire d’exploration des controverses, outil pour l’appropriation sociale des sciences, Bilan phase 1 janvier 2007-juillet 2008 ».
– Rapport « Le séminaire d’exploration des controverses, outil pour l’appropriation sociale des sciences, mars 2008 ».
– Rapport « Le séminaire d’exploration des controverses, outil pour l’appropriation sociale des sciences, 2010-2011 ».

Coordonnées :

Association Les Petits Débrouillards de Bretagne
13 bis, boulevard du Portugal
35 200 Rennes
Tel. : 0299500514

Contact :

Amaury Bidel
Tel.: 0682908833
Mail: a.bidel@lespetitsdebrouillards.org